jeudi 14 décembre 2017     

«

»

Imprimer ce Article

Die Händler

Description

Être marchand au Moyen-Âge était être un bourgeois et être un bourgeois nécessitait de se construire une réputation synonyme d’une éventuelle montée dans l’échelle sociale. Et pour asseoir cette réputation, quoi de mieux que d’offrir à sa clientèle des articles de choix comme la soie, le vin, le sel. Pour ce faire, il fallait disposer d’un bon réseau dans toute l’Europe pour acheminer ces marchandises à l’endroit voulu. C’est ce que propose ce jeu.

Chaque joueur entre dans la peau d’un marchand qui dispose d’un économat dans six villes européennes entre lesquelles il devra faire voyager ses denrées. Et à la fin le plus riche gagne? Que nenni! Gagne celui qui a gagné le plus de prestige. Mais bon! l’argent reste le nerf de la guerre, surtout de la guerre commerciale, et en plus c’est l’argent qui permet de grimper dans l’échelle sociale et surtout qui permet de ne pas retomber sur cette même échelle, car pour se maintenir, il y a des frais de représentation à payer. Gare à la chute.

En début de partie chaque joueur prend deux cartes qui lui fourniront divers avantages tout au long de la partie. Les règles proposent deux types de répartition et il y a encore des variantes sur cette manière de procéder, chacun y trouvera son compte. Chaque tour débute par l’achat de marchandise. Chacun achète ce qu’il désire (0 à 3 pions) qu’il place dans ses entrepôts à son gré en fonction de ce que les villes peuvent accueillir. Le coût peut varier d’un tour à l’autre. Ceci fait, les chariots sont mis aux enchères. Celui qui emporte l’enchère devient le contrôleur du chariot. Il a la priorité pour y placer des marchandises et peut vendre les places libres aux autres joueurs.

La phase suivante est le déplacement des chariots. Chaque joueur dispose de quatre plaquettes numérotées de 1 à 4 qui indiquent le nombre de cases de déplacement. Une plaquette une fois jouée est retournée. Le joueur ne pourra plus en faire usage jusqu’à ce qu’il ait joué toutes ses plaquettes. Lorsqu’un chariot entre dans une ville, les marchandises qui s’y trouvent sont vendues, plus ou moins chères selon ce que la ville indique comme marchandises. Chaque marchandises a un prix de vente, qui évolue, et un éventuel bonus (si elle est rare). Certaines actions permettent de piocher des cartes (le joueur peut les consulter avant de choisir celle qu’il veut) qui procurent certains avantages.

Les ventes réalisées, il s’agit de payer ses frais de représentation et de tenter de grimper dans l’échelle sociale en fonction de ses moyens financiers, sans oublier de garder un peu d’argent pour le tour suivant. Au terme de la partie, dicté par le nombre de fois qu’un chariot entre dans une ville, le marchand le plus réputé gagne. Comme le dit le dicton, l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.

 

Carte de visite

Titre français Marchands du Moyen-Âge
Auteur Wolfgang Kramer
Richard Ulrich
Editeur Queen Games (1999)
Filosofia (2010)
Genre Jeu de plateau
Série
Nb de joueurs 2 à 4
Âge dès 12 ans
Durée 90 minutes
Néophyte Passionné
Pour rire Pour réfléchir
En famille Entre ami-e-s

Votre avis

Notez ce jeu
1 vote par personne
3 - 3 votes

Ressources

C’est dans la boîte

  • la règle
  • 1 plateau de jeu
  • 1 tableau résumé
  • 4 sacs de toiles
  • 8 marqueurs
  • 54 pions marchandises
  • 1 pion messager en bois
  • 3 chariots en bois
  • 8 tuiles blasons
  • 16 tuiles de mouvements
  • 100 pièces de monnaie
  • 4 roues des prix
  • 10 cartes de crédit
  • 15 cartes d’influence
  • 8 cartes de capacités spéciales

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=3763

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *