dimanche 19 novembre 2017     

«

»

Oct 26 2012

Imprimer ce Article

Shafausa

Description

Le jeu a pour cadre le monde d’Helvetia, une sorte de Suisse aux allures fantastiques. Les joueurs contrôlent chacun un peuple avec des caractéristiques propres. Il débute la partie avec un ou deux bâtiments dans son domaine, un peu d’argent, quelques ressources. Son objectif sera de faire grandir son territoire, d’y ériger des bâtiments, de creuser de nouvelles mines qui lui apporteront des ressources, lesquelles à leur tour pourront être vendues sur un marché, que chacun peut influencer, pour accumuler de la richesse pécuniaire, qui servira à acquérir de nouveaux bâtiments.

Sans innover totalement, Shafausa n’a pas de véritable équivalent dans le monde ludique. Il emprunte certains mécanismes ailleurs et le sentiment de nouveauté vient surtout de l’amalgame de ces mécanismes. Lors d’un tour de jeu, les joueurs vont commencer par une phase d’extraction. Chacun reçoit les ressources que ses mines produisent, ces ressources étant représentées par des cubes de bois de différentes couleurs. Puis l’ordre du tour est déterminé par une mise.  Cette étape peut s’avérer importante puisque la phase suivante est celle de l’achat de bâtiments, dans l’ordre du tour. Et le choix des bâtiments disponibles est limité.

Le véritable cœur du jeu est la phase de gestion. C’est ici que chaque joueur va mettre en pratique sa stratégie. Chaque joueur peut effectuer plusieurs actions, dans l’ordre qu’il souhaite et dans la mesure de ses possibilités. Il peut ainsi vendre et acheter des ressources, ce qui ne manquera pas, à la fin du tour, d’agir sur les cours de la bourse, créer des nouvelles mines, ouvrir une nouvelle ville, construire un bâtiment acheté précédemment. Bref, l’ensemble de la réflexion stratégique prend place à ce moment du tour, surtout que certaines décisions vont influencer directement le tour suivant. Ainsi par exemple, si le joueur a négligé de vendre des ressources pour avoir de l’argent liquide, il sera emprunté au tour suivant pour mise pour l’ordre du tour ou acquérir un bâtiment.

En théorie, cette phase s’effectue dans l’ordre du tour. Dans la pratique en revanche, elle peut se faire simultanément. Elle demande alors une certaine discipline de la part de chacun. Un joueur peut toujours demander de la faire dans l’ordre du tour. Car il peut être important à cette phase de savoir ce que les autres joueurs ont réalisé comme action, connaître leurs réserves en argent et en ressources pour tenter de deviner leurs intentions futures. La simultanéité peut faire paraître cette phase un peu chaotique. Mais l’effectuer dans l’ordre du tour rallonge la partie, qui peut être longue puisqu’il faut compter environ 30 minutes par joueur.

Le reste du tour est consacré à des manipulations d’administration comme le rajout de nouveaux bâtiments par exemple. Il ne faudra toutefois pas négliger la phase de spéculation. Les joueurs pourront, dans l’ordre du tour et en payant, modifier les cours de la bourse des ressources. Et là aussi la réflexion stratégique est importante. Un joueur pourra ainsi tenter de faire monter le cours de vente d’une ressource difficile à obtenir (l’or par exemple) et parallèlement œuvrer pour être le premier à implanter une mine d’or chez lui et, pourquoi pas, en avoir l’exclusivité durant quelques tours, synonyme de gains pécuniaires importants.

Les conditions de fin de partie sont importantes et plus la partie avance, plus il faut avoir à l’œil les autres joueurs. A ne pas rater dans les règles et à garder constamment à l’esprit, les éléments qui rapportent des points de victoire. La sobriété s’avère souvent payante.

Le jeu est d’une manière générale très agréable même s’il nécessite plusieurs parties pour bien en appréhender la finesse. Les caractéristiques différentes de chaque peuple, il y en a huit au total, l’introduction de cartes de pouvoir, chaque peuple en a trois mais ne peut en utiliser qu’une seule par partie, assure un bon renouvellement. De plus, l’ajout d’une variante coloniale, où les peuples débutent la partie nus comme des vers, ajoute encore à l’intérêt. Autre point particulièrement réjouissant: la règle courte et claire malgré la complexité du jeu. A mettre encore au crédit de l’éditeur, la présence d’une version dite « family », particulièrement simple, avec deux pages de règle et dont l’objectif est de pouvoir intégrer de plus jeunes joueurs.

La critique qui peut être faite est que, malgré un matériel assez somptueux et des casiers de rangement astucieux, le graphisme pèche par manque de contraste. Trop de couleurs ton sur ton nuisent à la bonne visibilité des informations contenues sur les tuiles et les plateaux. L’aspect brillant du matériel, la difficulté, parfois, de dépuncher les pièces (il faut agir délicatement), le manque de sachets en plastique, sont également à mettre au débit de l’éditeur. Mais ce ne sont sans doute que des défauts de jeunesse pour un éditeur qui en est à son premier jeu. Et en définitive, l’intérêt du jeu gomme assez largement ces défauts.

Un jeu pour joueurs « hardcore » dans ses versions « geek » et « colonial », qui peut aussi être pratiqué par des néophytes dans sa version « family », et ceci est un vrai tour de force

Carte de visite

Titre français Shafausa
Auteur Christophe Borgeat
Editeur Helvetia Games  (2012)
Genre Jeu de plateau
Série
Nb de joueurs 2 à 6
Âge dès 10 ans
Durée 60 à 180 minutes
Néophyte Passionné
Pour rire Pour réfléchir
En famille Entre ami-e-s

Votre avis

4.1 - 8 votes

Ressources

C’est dans la boîte

  • la règle
  • 1 plateau Administration recto-verso
  • 7 plateaux Ressources recto-verso
  • 8 plateaux Joueur recto-verso
  • 6 plateaux Mineurs recto-verso
  • 6 aides de jeu recto-verso
  • 6 x 4 pions cylindriques de couleur
  • 1 sac noir
  • 220 ressources sous forme de cubes
  • des pièces de chafouins de valeur 1, 5, 10, 50
  • 55 tuiles Bâtiment, et 2 tuiles Bureau d’Ingénieur
  • 80 mines recto-verso
  • 14 marqueurs boursiers
  • 26 tuiles de mise en place
  • 24 cartes pouvoir
  • 1 carnet de scores recto-verso

Coup d’œil sur le prototype:

Et sur le produit fini:

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=4997

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *