mardi 19 septembre 2017     

«

»

Nov 19 2012

Imprimer ce Article

Noblemen

– À vous dire vrai, cher Marquis, je dois beaucoup à cette folie que vous pouvez entrevoir au travers de cette enfilade de jets d’eau. La Reine a adoré cette gloriette lors de sa dernière visite en mes terres et les jardins ont su trouver grâce aux yeux de sa Majesté. Ne trouvez-vous d’ailleurs pas la vue depuis la terrasse du château tout simplement majestueuse?

– Il est vrai Monsieur le Comte, que votre ascension a été fulgurante, et je ne puis que m’incliner devant tant de volonté à vous élever. Et d’ailleurs le titre que sa Majesté vous a accordé au dernier bal masqué nous a tous réjouis, et entre nous il a fait bien des envieux et même des jaloux. Tenez, la baronne que voici tente depuis longtemps d’entrer dans les bonnes grâces de la Reine. Et si vous voyiez son domaine! Une grande forêt giboyeuse, une vaste ferme, Peste soit de cette femme qui s’enrichit chaque jour davantage. Et elle ne cesse de trouver de nouveaux impôts. On susurre même qu’elle n’hésiterait pas à spolier ses voisins pour agrandir son domaine. Méfiez-vous d’elle.

– Mais vous même, cher Marquis, avez fait construire un bien beau palais au centre de votre domaine. Et il se dit que vous faites preuve de grande libéralité à l’égard du clergé. N’avez-vous point fait construire plusieurs chapelles et fait dons de terres à l’Église? Mais je tiens de bonne source que vos efforts ne sont pas passés inaperçus de notre souveraine.

– Parlons moins haut si vous le voulez. Le Duc s’approche et je ne saurait souffrir qu’il entendît notre conversation. Il s’est élevé à une rapidité surprenante. Il se dit même qu’il serait davantage que le favori de la Reine. Et maintenant il se pavane, fait le beau. Mais je vous le dis, plus dure sera sa chute. J’ai entendu qu’il n’aurait plus de moyens d’étendre son domaine.

– Je confirme, cher ami, et ce Vicomte aux dents longues lorgne déjà sur sa place. Le bougre a su s’y prendre. Songez qu’il a déjà fait construire deux palais. Ajoutez à cela une vaste forêt, une grande ferme et des jardins qui promettent d’être très bientôt les plus prestigieux du royaume. Son ascension n’est certes pas fulgurante, mais constante. la peste soit de cet ambitieux qui, plus que la gloire et les honneurs, cherche encore le pouvoir.

– Vous parlez vrai, cher Compte. Mais tel que vous me voyez là, dussé-je demeurer Marquis tout ma vie, je saurai gérer mon bien et le faire fructifier. Même si une vie, hélas, ne suffira pas à mener à bien tous les projets qui me tiennent encore à cœur.

Voici donc en quelques ligne un peu l’ambiance de ce jeu, même s’il semble de prime abord un peu aride. Certes, la thématique n’est pas le point fort, mais la mécanique bien rodée rend le jeu très prenant. Le joueur ne se sentira peut-être pas dans la peau d’un noble anglais, ou d’une autre nationalité. En revanche il connaîtra la pression tout au long de la partie pour faire le bon choix. Car au terme du jeu, l’avis est unanime: la partie est trop courte pour réaliser tout ce que l’on ambitionne de faire.

[warning]Lire la fiche[/warning]

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=5134

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *