mardi 25 juillet 2017     

«

»

Déc 27 2012

Imprimer ce Article

Noblemen

Description

Les joueurs vont agrandir leur domaine, y ériger les constructions les plus folles, mais aussi faire preuve d’habileté politique saupoudrée d’une pincée de corruption et d’un brin de scandale pour obtenir de nouveaux titres que la reine a pour habitude de décerner à l’occasion de bals masqués. Vous avez trois décennies pour vous élever dans la société et remporter la partie. Et pas d’inquiétude, le matériel est à la hauteur de vos ambitions. Si la boîte vous paraît lourde, c’est normal, elle est pleine à craquer, au sens propre du terme, car une fois tous les éléments « dépunchés », c’est à peine s’ils trouvent place dans la boîte.

Les joueurs débutent la partie à égalité. Chacun est un baron qui dispose d’un domaine, composé d’une prairie sur laquelle trône fièrement un château, d’une carte scandale et 12 tuiles de paysage choisies ou prises au hasard comme le souhaite chaque joueur. A son tour, le joueur effectue une action parmi les sept possibles, il peut jouer une carte scandale et faire des échanges de tuiles dans un rapport de deux pour une.

Les actions qui figurent au programme des joyeusetés sont: agrandir sa propriété, construire un bâtiment, corrompre la famille royale, lever des impôts, gagner des terres, faire un don à l’Église ou se complaire dans l’oisiveté. Les actions parlent d’elles-mêmes. Dans la pratique, la construction est importante à plusieurs titres. Chaque type de tuile posé fournit quelque chose: le bosquet permet de piocher une tuile, le champs permet de gagner de l’argent, la fontaine donne du prestige. Il faut au maximum grouper les tuiles de même nature par quatre pour former des forêts (avec les bosquets), fermes (avec les champs) ou jardins (avec les fontaines), qui vont à leur tour avoir un effet multiplicateur lors d’une action de levée d’impôt ou de gain de terre.

A chaque fois qu’un joueur termine un jardin, place un chevalier, construit un palais ou joue une certaine carte scandale, il prend la reine. Et ce n’est de loin pas anodin car avoir la reine devant soi au terme de son tour implique deux effets. Premièrement, le joueur gagne 1 point de victoire, et en second lieu le marqueur de tour de la décennie en cours avance d’une case. Vous l’aurez compris, il est tout à fait possible que le marqueur avance très rapidement, si chaque joueur s’empare de la reine au terme de son tour.

Deux fois par décennie, un bal masqué a lieu. Le prestige est à ce moment important. Il faut posséder des fontaines et jardins, des palais, des chevaliers sur les jardins adverses, certaines cartes scandale ou des tuiles de corruption pour marquer des points de prestige. Mais c’est une vraie guerre car les joueurs vont les décompter l’un après l’autre. Et un joueur peut ajouter certes et tuiles de corruption pour passer devant son prédécesseur. Au final, les nouveaux titres de noblesse sont attribués en fonction du prestige, et ces titres peuvent immédiatement donner des points de victoire, ainsi que des rabais sur les achats de bâtiments. Les points de prestiges sont alors remis à zéro, jusqu’au prochain bal.

Une fois par décennie, un décompte des bâtiments est effectué. Châteaux, palais et églises rapportent des points en fonction de leur emplacement sur le domaine de chaque joueur (d’où l’importance cruciale de bien implanter ses tuiles de terrain en oubliant pas les règles de proximité des différents bâtiments). Une décennie dure huit changement de possession de reine (ce qui ne signifie nullement que chaque joueur pourra jouer huit fois). Et le jeu se joue sur trois décennies au terme desquelles le joueur qui totalise le plus de points de victoire l’emporte.

Malgré ses nombreuses qualités, ce jeu risque de souffrir de ce que nous nommerons le syndrome « Diamonds Club », un jeu de l’éditeur Ravensburger qui aurait dû connaître un meilleur accueil en raison de ses qualités, et qui n’a finalement pas réussi à s’imposer sans que les raison de son insuccès ne puissent être déterminées.

[warning]lire l’article découverte[/warning]

Carte de visite

Titre français Noblemen
Auteur Dwight Sullivan
Editeur Pegasus (2012)
Genre Jeu de plateau
Série
Nb de joueurs 3 à 5
Âge dès 12 ans
Durée 90 minutes
Néophyte Passionné
Pour rire Pour réfléchir
En famille Entre ami-e-s

Votre avis

3.3 - 3 votes

Ressources

C’est dans la boîte

  • la règle
  • 1 plateau (en 2 parties)
  • 5 paravents (en 3 parties)
  • 12 titres de noblesse
  • 202 tuiles de paysage
  • 20 marqueurs de corruption
  • 5 marqueurs d’impôt
  • 5 marqueurs de territoire
  • 82 pièces de monnaie
  • 35 cartes scandale
  • 10 cartes résumé
  • 15 châteaux
  • 15 chapelles
  • 12 palais
  • 4 folies
  • 1 reine
  • 10 chevaliers
  • 5 marqueurs de points de victoire
  • 5 marqueurs de prestige
  • 1 marqueur de décennies
  • 1 marqueur de tour
  • 1 sac

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=5531

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *