lundi 23 octobre 2017     

«

»

Déc 28 2012

Imprimer ce Article

Québec

Description

Sous des airs de jeu historique, Québec est en fait un jeu de placement et de majorité, qui peut s’avérer assez complexe. Mais les auteurs ont eu la bonne idée de proposer des règles familiales et des règles avancées qui permettent de pratiquement jouer à deux jeux différents.

Les joueurs vont, à leur tour, engager des ouvriers sur les chantiers ouverts, ou ouvrir un nouveau chantier avec leur architecte, ou encore fermer un chantier pour scorer en fin de partie. Chaque chantier offre un maximum de trois emplacements pour les travailleurs. Et sur chaque emplacement, il faudra placer un nombre déterminé de travailleurs (1, 2 ou 3). L’architecte peut quitter le chantier, même si les trois emplacements ne sont pas tous occupés, le joueur marquera simplement moins de points en fin de partie.

Lorsqu’un joueur envoie ses ouvriers sur un chantier mené par un architecte adverse, il bénéficie du bonus du bâtiment en construction (qui lui permet de placer des ouvriers dans des zones de décompte, ou de déplacer des ouvriers, ou de recruter des ouvriers etc…). Les chantiers sont répartis équitablement en quatre couleurs. Lorsqu’un architecte quitte un chantier, les ouvriers qui s’y trouvent sont placés sur la zone de décompte de la couleur du bâtiment, la tuile est retournée pour montrer que le bâtiment est bâti et le joueur place un marqueur de points (fonction du nombre d’emplacements occupés par des ouvriers) sur cette tuile

La partie se joue en quatre siècles. Chacun prend fin lorsque tous les bâtiments du siècle sont en chantier ou construits. A ce moment, une phase de décompte a lieu. Il s’agit d’un décompte de majorité dans les zones de couleur. Chaque joueur marque 1 point pour chacun de ses pions présent, et le joueur majoritaire marque encore jusqu’à 5 points selon le nombre de pion dont il dispose.

Dans la version pour costaud, le décompte est différent. Il ne débute pas toujours par la même zone. Les joueurs marquent aussi un point par pion. Mais le joueur majoritaire peut transférer jusqu’à cinq de ses pions vers la zone de décompte suivante. L’idéal est donc de parvenir à un effet de chaîne permettant d’être majoritaire dans plusieurs zones. Des cartes leader sont de surcroît disponibles. Chaque joueur peut en acquérir une durant le siècle. Et il y a encore la possibilité de faire intervenir des cartes événement historique qui vont influencer la partie.

Même dans sa version simple, le jeu n’est pas à la portée de tous, mais il est susceptible de plaire, même s’il laisse un arrière goût d’abstraction qui le rapproche des jeux dit « à l’allemande ». Au final, seules les cartes d’événements historiques donnent un verni un peu concret à l’ensemble, qui, au demeurant, est de qualité.

[warning]Sur le même jeu:

– la critique[/warning]

Carte de visite

Titre français Québec
Auteur Philippe Beaudoin
Pierre Poissant-Marquis
Editeur Ystari (2012)
Scorpion Masqué
Genre Jeu de plateau
Série
Nb de joueurs 3 à 5
Âge dès 12 ans
Durée 90 minutes
Néophyte Passionné
Pour rire Pour réfléchir
En famille Entre ami-e-s

Votre avis

1.7 - 3 votes

Ressources

C’est dans la boîte

  • la règle
  • 1 plateau de jeu
  • 44 tuiles bâtiment
  • 16 cartes événement
  • 11 disques bleus pour indiquer les bâtiments du siècle
  • 5 cartes leader
  • 11 pions
  • 5 tuiles main
  • 125 cubes ouvriers
  • 120 jetons

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=5549

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *