mardi 19 septembre 2017     

«

»

Mar 06 2013

Imprimer ce Article

Le gobelin famélique du sorcier maléfique

Tu te réveilles sur un plateau perdu au milieu de nulle part, rien à l’horizon, si ce n’est la bordure de la case 48, ou alors peut-être, oui, une sorte de masse informe au loin. Bon, voilà, à toi de jouer.

A moi donc, magicien du 253e niveau armé de … rien en fait, avec deux petits points de force et juste un seul petit dé pour me défendre. la vie est trop injuste!. Mais haut les cœurs, haro sur le baudet, vaille que vaille, en avant.

Première chose, en avoir le cœur net sur ce truc au loin. Je m’approche donc, une heure de marche quand même, pour me retrouver nez à nez, enfin presque, avec un gros troll des montagnes descendu de ses collines. N’écoutant que mon courage, je me glisse furtivement, profitant de l’abri des arbres, au-delà de sa case…

… Pour tomber sur un paysan. Le pauvre, une proie facile pour le troll. Et hop, je m’empare hardiment dudit paysan que j’emmène avec moi au marché du coin, histoire d’acheter une longue vue. Pourquoi? J’ai oublié de vous dire que j’ai un objectif secret et caché qui est de retrouver la sorcière (parmi une quinzaine de tuiles cachées) pour qu’elle me donne sa potion, puis de filer à l’autre bout du plateau pour cueillir une herbe magique et de rapporter le tout au château. Et avec ma longue vue, pas besoin de retourner les tuiles à mes risques et périls, je peux les consulter de loin, héhéhé!

Mais bon, voici déjà cinq heures d’écoulées. Je vais donc encore marcher deux heures avec le paysan. Parce que lui aussi il faut le ramener au château, il fera office de bouclier contre les monstres (oui, c’est un peu immoral). Mais ce sera pour demain.

L’aube (rouge) se lève, beaucoup de sang… non c’est une autre histoire. Donc sitôt levé, je fonce au château avec mon paysan. Première victoire. Maintenant, trouver la sorcière. Euh! Ben en fait, faudra remettre ça à plus tard, car déjà plusieurs monstres assiègent le château. Il faut donc combattre. N’écoutant que mon courage et ne lançant que mon dé (que je peux retourner), je combats vaillamment un mini-gobelin, mais je ne suis pas tout seul rassurez-vous, mes compagnons m’épaulent. Les heures passent, les monstres pas vraiment.

Pour faire court, nous combattîmes plusieurs jours ces monstres assoiffés de sang pour nous en débarrasser. Et enfin, nous pûmes nous consacrer à nos quêtes personnelles. A moi, les grands espaces, la sorcière, les herbes folles. Quelle joie de batifoler un peu sur ce plateau, de vagabonder à gauche et à droite, de découvrir des lieux… non, ça le fait pas, il faut se dépêcher. Un aller-retour vite fait pour ramener l’herbette, la potion au château. Juste une journée, et en buvant beaucoup d’eau pour faire passer le temps plus lentement.

Et après le retour au château, enfin la quête ultime. Nous allons découvrir les méfaits de l’abominable sorcier qui va certainement sortir d’un trou mal famé du côté sombre du plateau. Et là, surprise, ce n’est pas un sorcier maléfique qui nous tombe dessus, mais une sorte de gobelin famélique quoique dopé à donf par le sorcier. Il était chargé le gobelin, vous pouvez me croire. Imaginez le truc: le gobelin a une force égale au double de la force totale de tous les personnages.

Pas cool. Surtout qu’on en avait un qui avait fait de la gonflette pour taper du troll. Donc en résumé, tu additionnes les points de force, du genre 2+2+8+10=22, tu doubles: 44. Et ton objectif c’est de faire 22 avec quatre dés. Et là tu te dis que si on avait tous été balaise comme moi, on aurait eu 8 points de forces, donc 16 pour le riquiqui gobelin et il eut fallu faire 8 au dé en lançant 4 dé. Conclusion, plus t’es fort, moins t’es fort.

Ce fut une hécatombe. Non content de nous flâner, un gobelin ça court vite. Alors il nous tape et il se tire. Et toit tu fais quoi? Hein? Ben tu cours derrière. Et là t’as beau avoir pris les herbettes en tisane, en chewing gum ou en fumette, quand t’arrive t’es quasi épuisé. Alors pour lancer les dés… Bref on est tous morts à la fin.

Mais ce qu’il y a de chouette c’est que tu ressuscites et tu peux prendre ta revanche. parce que heureusement, c’est pas tout des histoires de gobelins shootés aux amphétamines, à la cortisone, à l’EPO. Il y en a d’autres un peu plus moins dures, enfin à ce qu’on nous a raconté. Peut-être était-ce juste pour nous attirer dans un traquenard. On le saura très bientôt.

[warning]Lire:

[/warning]

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=5859

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *