dimanche 19 novembre 2017     

«

»

Mar 06 2014

Imprimer ce Article

Stakhanovistes du balast, à vos pions

13 Voilà un jeu au titre évocateur: Russian Railroads. Tout de suite on se sent transporté dans la vaste Sibérie et on se prend à rêver Transsibérien. Image d’Epinal que tout ceci, qui disparaît rapidement une fois la boîte ouverte. Il y a certes un plateau de jeu qui semble raconter une histoire de trains et de rails, des tuiles qui illustrent d’anciennes locomotives, des plateaux individuels où une ligne aboutit à Valdivostok. Mais ce ne sont là que de la poudre aux yeux.

Or donc, demanderez-vous, à quoi avons-nous donc affaire, si ce n’est un jeu de train? Question légitime après cette introduction. La réponse tient en un mot: mode. Car oui, nous sommes bien dans un phénomène de mode, celle des jeux de placement d’ouvriers. Et c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Les joueurs vont, à tour de rôle, placer un ou plusieurs ouvriers sur un emplacement du plateau de jeu principal et effectuer l’action correspondante.

Les joueurs ont ainsi la possibilité d’avancer des pions, figurant des pièces de rail, de plusieurs couleurs sur les lignes, ferroviaire bien entendu, de leur plateau individuel. Ou alors d’engager un spécialiste, ou d’améliorer leur locomotive, ou de glâner des bonus, bref, tout une panoplie d’actions en accord avec le thème donné au jeu. Et comme de juste, les joueurs doivent scorer. Plus une ligne est avancée, plus elle va rapporter de points. Mais là le système de calcul est un peu tarabiscoté car interviennent les couleurs des pions engagés, les uns après les autres. En bref, à chaque couleur de pion, le score est augmenté pour les cases suivantes.Un peu déroutant, mais on s’y fait.

Russian Railroads est un jeu pour les amateurs de calcul, de planification qui, thème mis à part, tient ses promesses. Un peu dans la veine de Glück Auf (Gueules Noires), il est néanmoins un peu plus difficile d’accès. Il est plus difficile de visualiser à quel niveau chaque joueur se situe. Une fois dans la partie, la mécanique tourne sans la moindre anicroche. Sur la fin de la partie, l’arithmétique fait lentement son apparition et chacun se met à compter les actions qui vont lui rapporter le plus de points, d’où un certain ralentissement du rythme. Et sinon, le thème est chatoyant et accrocheur mais assez creux. Si vous cherchez un vrai jeu de train, tournez-vous vers autre chose, ce n’est pas ça qui manque.

10

--> Fiche

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=6484

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *