mardi 19 septembre 2017     

«

»

Oct 27 2014

Imprimer ce Article

Vendredi 24 octobre 2014

Un retour d’Essen en grande pompe avec des brassées de nouveautés. Mais il faut aussi dire que la première réaction fut à la déception, relative entendons-nous. Nous attendions l’extension de Terra Mystica, laquelle est reportée d’une semaine. Il faudra s’y faire. Nous étions donc onze à nous partager inéquitablement trois tables .

La soirée a débuté avec une partie à cinq, une partie à quatre et une partie à deux joueurs qui se sont exilés à l’étage supérieur pour s’affronter dans un jeu de cartes dont ils sont fans… enfin je crois. Pour les autres il y eut deux découvertes, comment pouvait-il en être autrement.

Honneur au jeu d’abord, puisque nous avons pu nous plonger dans le salon d’Essen, sans y être. Oui, car l’un des « buzz » de cette édition 2014 fuit le jeu Essen, le jeu dans lequel vous entrez riche et vous en sortez à poil, on dirait presque Las Vegas. Blague à part, les joueurs doivent parcourir les stands des éditeurs à la recherche des jeux les plus cotés. Un jeu étonnant, l’espace d’une petite heure, on se croit réellement au salon: trop de super jeux à acheter, pas assez d’argent, de la foule partout qui empêche de se déplacer d’une halle à l’autre, et puis ce cabas qui se remplit et devient de plus en plus lourd. Sympa, on y reviendra dans une chronique plus détaillée.

Autre « buzz » d’Essen: Imperial Settlers. Un jeu de cartes qui a plu aux participants où il est question de construire des bâtiments, faire travailler son clan et bâtir un empire. Et ça a plu! Il est vrai que l’auteur polonais Ignacy Trzewiczek n’en est pas à son coup d’essai. On lui doit, entre autres, Robinson Crusoë et Stronghold.

La soirée s’est terminée par le jeu le plus bref, mais qui a duré le plus longtemps. Nous avons testé Clinic, jeu d’un auteur français, dont les règles sont écrites en anglais, édité à compte d’auteur (nous avons joué avec le 62e exemplaire des 200 édités). Les règles furent assez laborieuses, peu claires par endroits, bref ce fut long, très long. Et dès le début de la partie, il a fallu se référer aux règles à pratiquement chaque manipulation. Du coup, nous ne sommes même pas parvenu au terme du premier tour de jeu, que nous avons tout rangé. Ce fut bref. Et dommage car le thème paraissait sympa (gérer un hôpital), mais l’auteur s’est évertué à multiplier les paramètres dont il faut tenir compte. D’un autre côté, la fatigue ambiante n’a certainement pas aidé à considérer ce jeu sous un bon jour (ou un bon soir).

Ce compte-rendu est aussi à lire sur la page facebook Génie & Friends

 


La soirée en images

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=6727

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *