jeudi 14 décembre 2017     

«

»

Jan 06 2015

Imprimer ce Article

Vendredi 2 janvier 2015

Première et belle soirée ludique de l’année qui a réuni quatorze participant(e)s pour des parties en pagailles, dont quelques nouveautés, mais aussi un volet nostalgie. Et à ce propos, ce fut une partie de League of Six, à six comme il se doit. Une vraie partie de plaisir, dans le sens premier du terme. Ce jeu n’a pas pris une ride. A quatre, cinq ou six joueurs, il reste une véritable pépite ludique que l’on redécouvre à chaque fois non sans un certain émerveillement. osons même dire qu’il se bonifie avec le temps, ce qui est plutôt rare pour un jeu.

Dans la catégorie « classique », il y eut une partie d’Agricola à cinq joueurs. Le jeu conserve ses adeptes et ses fans, malgré le temps qui passe lui aussi. Il mérite également sa place au « Hall of Fame » des jeux du club. Au rayon nouveauté, ce fut une grosse boîte: Pathfinder: l’éveil des seigneurs des runes. Un jeu de carte qui semble conséquent de prime abord. La boîte est rien moins qu’impressionnante. Et à l’ouverture, surprise, les cartes du jeu semblent perdues dans l’immensité de la boîte. C’est que l’éditeur n’a pas perdu le nord. Il a prévu la méga boîte qui permettra de ranger toutes les extensions. Plutôt futé (commercialement parlant).

 L’assistance s’est un peu réduite après ces premières parties. Un petit Splendor à quatre, histoire de faire passer les dernières minutes d’attente avant de redistribuer les tables, et nous voici reparti à six joueurs pour une dernière ligne droite dans la soirée sur deux tables. D’un côté, il y eut un Istanbul à trois, une découverte pour certains qui ne l’avaient pas encore joué. Et une nouveauté sur l’autre table: Auf nach Indien (ou Sail to India, ou En route vers les Indes selon la langue pratiquée). Un jeu de découverte et de commerce dans une gamme minimaliste: petite boîte, quelques cubes en bois, une vingtaine de cartes et hop, vous avez un jeu. Un peu déroutant il faut bien l’avouer tant il faut jongler, cérébralement. Les cubes servent en effet à tout, y compris à noter ses points de victoire. Il s’agit donc de les gérer et de ne pas en utiliser comme navire un de trop, au risque de ne pas pouvoir comptabiliser des points de victoire faute de cube. Déroutant, mais pas nécessairement inintéressant. Et à moins d’une heure la partie, on ne risque pas grand chose.

Ce compte-rendu est aussi à lire sur la page facebook Génie & Friends

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=7022

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *