lundi 23 octobre 2017     

«

»

Juil 27 2015

Imprimer ce Article

Vendredi 24 juillet 2015

03Sept valeureux joueurs ont trouvé le chemin du local du club pour une soirée mythologique qu’ils n’ont pas regretté. Mythologique car il y eut en simultané sur deux tables une partie de Deus et une autre d’Elysium. Deux jeux un peu dans la même gamme, tous deux se sont retrouvés en finale du prix Kennerspiel des Jahres, l’un nominé (Elysium), l’autre sur la liste des recommandations, ils s’adressent au même public, présentent le même gabarit, abordent le même thème et sont pourtant très différents.

Les deux sont des jeux de construction, les deux font usage de cartes et de combinaisons d’effets, mais la ressemblance s’arrête à peu près là. Elysium se joue sans plateau. Le mécanisme est moins direct que celui de Deus. Les cartes ont un effet tant qu’elles ne sont pas « payées », elles n’ont alors plus d’effet sur la partie mais donneront des points de victoire. La difficulté consiste donc à évaluer à quel moment il faut « payer » une carte pour la transformer en points de victoire, sachant que le nombre de paiement est limité.

Deus de son côté utilise moins de combinaisons d’effets de cartes, mais présente davantage de paramètres à gérer. Il faut construire, trouver le bon moment pour le faire car toute construction implique des effets en chaîne, et aussi faire des offrandes qui permettent de refaire sa main et gérer la fin de partie que les joueurs peuvent plus ou moins accélérer.. Bref, les deux jeux plaisent.

La soirée s’est poursuivie avec un Splendor à trois joueurs sur une table et un Imperial Settlers à quatre sur l’autre table, histoire de profiter de la version française du jeu.

Ce compte-rendu est aussi à lire sur la page facebook Génie & Friends


Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=7655

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *