dimanche 19 novembre 2017     

«

»

Sep 21 2015

Imprimer ce Article

Panamax

Description

Après cent ans de service, le canal de Panama est toujours l’une des plus importantes et des plus impressionnantes réalisations technique des temps modernes. Construit en 1914, il eut un usage militaire très important à l’époque et dans les années qui suivirent. L’exploitation commerciale est aujourd’hui le cœur de métier du canal. Son impact économique est vraiment immense et il a développé la région et l’ensemble du monde maritime commercial. Les navires sont devenus de deux types après l’avènement du canal: ceux qui étaient trop gros pour traverser et ceux de taille standard, qui ont pour taille maximum la limite du canal de Panama. Ce sont les navires Panamax.

Chaque joueur gère une entreprise maritime et de transport. L’objectif est de glaner des contrats pour remplir des containers, de les charger sur les navires et de les faire traverser le canal. Mais vous vous en doutez, il y a certaines contraintes. La première est le nombre d’actions: quatre au total par tour de jeu, et trois tours de jeu par partie. Une action consiste à prendre un contrat et charger des navires ou naviguer.

Tout se règle avec des dés, mais le hasard n’est guère présent. Plus précisément, il influence chacun de la même manière. Les dés servent en fait à déterminer les actions disponibles pour le tour. Il y aura donc un certains nombre d’acquisition de contrat et un certain nombre de déplacement. Il est possible, moyennant paiement, de faire un déplacement si plus aucun n’est disponible, ou d’acquérir un contrat si aucun n’est disponible.

Concrètement, lorsque le joueur prend un contrat, il y place des containers de la valeur indiquée qu’il envoie sur des navires à quai dans la zone de chargement précisée sur la contrat. Il ne peut placer qu’un seul container par navire. Il est donc souvent indispensable de charger des containers sur des navires d’autres joueurs, ce qui n’est pas un inconvénient en soi. S’il ne peut pas tout charger, il laisse sur le contrat les containers non chargés. Le nombre de container que le joueur peut charger est défini par la place du dé qui représente l’action.

Si le joueur choisit de naviguer, il aura un certain nombre de mouvement à disposition, selon l’emplacement du dé qu’il prend. Il déplace les navires de son choix, à condition qu’ils soient déjà en route dans le canal ou prêts à partir. Un navire de peut partir que si son taux de remplissage atteint un certain niveau. Dans les écluses, les navires peuvent être groupés. Et si l’écluse est pleine, les navires qui arrivent derrière poussent simplement ceux qui sont dans les écluses suivantes, ces navires avancent donc gratuitement. Rassurez-vous, le canal n’est pas qu’une succession d’écluses, il y a des lacs ou les groupes se modifient.

Lorsqu’un navire a effectué la traversée, son propriétaire gagne un bonus (déplacements gratuits, rabais de stockage, bonus de fin de partie). Les compagnie des joueurs qui ont des containers sur le navire gagnent de l’argent selon la grandeur de leur chargement. Les containers sont alors déplacés dans une zone d’attente.

Une fois les quatre actions du tour effectuées par chaque joueur, arrive la phase de maintenance. Chaque compagnie doit payer pour chacun de ses containers qui se trouve ailleurs que dans la zone d’attente. Le coût dépend de la zone sur laquelle se trouve le container. Attention, le montant total peut être ruineux. Il est nécessaire de bien gérer la position de ses containers pour limiter les frais. Car une fois les frais d’entretien payés, les compagnies versent des dividendes à leurs actionnaires, les joueurs. L’achat de titres de compagnies concurrente en cours de partie peut être parfois payant.

Au terme de la partie, le joueur le plus riche l’emporte. Le montant en réserve dans la compagnie de chacun ne rapporte rien, à moins d’avoir pu piocher le bonus correspondant en cours de partie. Mais là aussi il y a une contrainte. L’argent de la compagnie n’est additionné à la fortune du joueur que si la compagnie a pu verser un dividende au dernier tour, pas toujours facile. Les règles fourmillent encore de détails qu’il serait trop long à exposer ici, mais il est profitable de bien les connaître.

Panamax est réellement un jeu exigeant. Mais aussi un jeu très prenant et tendu. Evidemment il y aura toujours des joueurs qui vont jouer contre les autres. Pourtant sur le fond il s’agit d’un jeu où l’on joue surtout pour soi. Car chaque action a son importance et doit être efficace, d’abord pour soi avant d’être pénalisante pour les autres. Dans ces conditions, ce jeu devient un vrai plaisir.

00

Carte de visite

Titre français Panamax
Auteur Gil d’Orey
Nuno Bizarro Sentieiro
Paulo Soledade
Editeur Heidelberger Spieleverlag
MESAboardgames
Stronghold Games  (2014)
Genre Jeu de plateau
Série
Nb de joueurs 2 à 4
Âge 12 ans
Durée 120 mionutes
Néophyte Passionné
Pour rire Pour réfléchir
En famille Entre ami-e-s

Votre avis

5 - 2 votes

Ressources

C’est dans la boîte

  • la règle
  • 1 plateau de jeu
  • 4 plateaux individuels
  • 4 cubes en bois
  • 4 disques en bois
  • 24 pions navire
  • 20 marqueurs de titre de propriété des compagnies
  • 36 dés de couleur
  • 16 dés blancs
  • 32 cartes contrat
  • 19 cartes bonus
  • 44 marqueurs de nationalité
  • 24 marqueurs divers
  • 90 pièces de monnaie en plastique

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=7752

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *