vendredi 20 octobre 2017     

«

»

Oct 27 2015

Imprimer ce Article

Ponzi Scheme: le Madoff express

Carlo Pietro Giovanni Guglielmo Tebaldo Ponzi est devenu célèbre pour avoir monté une vaste escroquerie dans les années 1920 à Boston. Il a mis en place un montage financier promettant à l’investisseur des taux d’intérêts importants, en grande partie rémunérés par les fonds apportés par les nouveaux clients. En général, l’escroquerie est découverte lorsque le système s’écroule. Ce type d’escroquerie a été, depuis, nommé « chaîne de Ponzi » ou « pyramide de Ponzi ». Plusieurs financiers malins l’ont utilisé par la suite tels Alexandre Stavisky en France en 1943 ou, plus proche de nous, Bernard Madoff tombé en 2008.

Ponzi Scheme prend le pari de faire vivre au joueur les affres de la débâcle qui approche. Donc lorsque vous vous lancerez dans ce jeu, ne vous faites aucune illusion, vous allez perdre. Ce n’est pas grave, pour autant que vous perdiez un peu plus tard que les autres. Car la partie s’arrête lorsque, au terme d’un tour, un ou plusieurs joueurs ne peuvent plus payer les intérêts prévus. Ces joueurs ne pourront pas prétendre à la victoire qui se jouera donc parmi les autres joueurs.

La mécanique du jeu est plutôt simple, mais l’ensemble est particulièrement délicat à appréhender. La logique semble inversée. Il ne s’agit pas tant de gagner que de ralentir la défaite. Il devient ainsi très difficile d’évaluer la situation des autres joueurs. Sans être l’ingrédient capital, la bluff peut aussi jouer un rôle. Car bien entendu, la fortune de chacun est conservée à l’abri des regards des autres.

Concrètement, vous trouverez un jeu au matériel solide, des règles claires et en français (ou en japonais ou en taïwanais si vous préférez). Chaque joueur a devant lui un petit plateau hexagonal dont un côté comporte une flèche de repérage et les autres sont numérotés de 1 à 5. Ce plateau est une sorte d’horloge autour de laquelle prendront place les apports d’argent. Leur emplacement détermine le moment auquel le paiement des intérêts devra intervenir.

Le plateau central présente trois lignes de trois emplacements. C’est ici que les montant d’investissements sont placés. Ils se présentent sous la forme de carte avec trois indications: le montant de l’investissement, le numéro du tour auquel l’intérêt est dû et le montant de l’intérêt. Ces cartes sont ainsi disposées que les trois plus petits montants sont sur la ligne supérieure, les trois montants intermédiaires sur la ligne médiane et les trois plus gros montants sur la ligne du bas. A chaque fois qu’une carte est prise par un joueur, elle est remplacée par une nouvelle de la pioche et les cartes sont réordonnées en fonction de leurs valeurs.

Des tuiles de quatre couleurs servent de marqueur pour illustrer la pyramide. Ces tuiles personnifient en quelque sorte les clients. Et il y a bien entendu des billets de banque ainsi qu’une enveloppe pour les transactions.

A son tour, le joueur n’a en fait que deux choix: il passe ou alors il choisit un client, prend une tuile d’une couleur de son choix et une carte d’investissement. Il reçoit le montant inscrit sur la carte et place celle-ci en regard du tour indiqué sur son « horloge ». Si le joueur n’a encore aucune tuile client de la couleur choisie, il prend une carte dans la première ligne, si il a déjà une tuile de cette couleur, il prend une carte dans la deuxième ligne, si il a déjà deux tuiles de cette couleur, il prend une carte de la troisième ligne. Il ne peut pas choisir un client d’une couleur dont il a déjà trois tuiles.

Chaque joueur procède à cette phase à tour de rôle avant de passer aux transactions. En débutant par le premier joueur, chacun peut faire une offre à un autre joueur pour lui prendre un client d’une couleur qu’il possède déjà (c’est la seule manière d’avoir plus de trois clients de même couleur). Le joueur glisse dans l’enveloppe le montant qu’il offre, l’autre joueur consulte le montant en secret. Soit il accepte et cède le client, soit il refuse et doit mettre dans l’enveloppe le même montant, il restitue l’enveloppe ainsi complétée au joueur qui a fait l’offre et lui prend un client de la couleur désignée pour la transaction. Aucun marchandage n’est possible.

Lorsque chaque joueur a fait, ou pas, une offre, les plateaux individuels sont tournés d’un sixième de tour en sens horaire. Si une ou plusieurs cartes se trouvent en face du côté avec la flèche, les joueurs concernés doivent payer les intérêts indiqués. Si à cette phase, un ou plusieurs joueurs sont dans l’incapacité de payer, la partie se termine et ceux qui n’ont pu payer perdent. Si tout le monde peut payer les intérêts, les cartes sont replacées autour de l’horloge au tour indiqué sur chacune des cartes, mais attention, les joueurs ne reçoivent pas le montant indiqué, bien entendu.

Si la partie est terminée, les joueurs vont comptabiliser leurs clients. Plus ils en ont de même couleur, plus ils marquent de points. Et parmi les joueurs qui n’ont pas fait faillite, celui qui a le plus de points l’emporte. L’argent donne aussi quelques points, mais l’important est véritablement d’avoir de nombreux clients de même couleur. Pur corser le tout, certains investissements sont totalement pourris (les cartes sont rouges). Si leur nombre est égal ou supérieur au nombre de joueurs après les transactions, il y a un krach boursier et les horloges des joueurs sont avancées de deux crans. Il faudra bien entendu payer les intérêts de toutes les cartes des deux crans.

Vous l’aurez compris, c’est un jeu pour mathématiciens. Et d’ailleurs, l’un d’entre eux, Marc Artzrouni, a modélisé le système de Ponzi. Vous pourrez toujours tenter de résoudre l’équation (à voir ici) pour espérer gagner… non, ça c’est pour rire. La règle précise d’ailleurs que tous les joueurs qui ont tenté de sortir la calculette pur s’en sortir n’ont fait que s’enfoncer. Alors le mieux est de tenter le tout pour le tout car nous n’aurez rien à perdre. Finalement, Ponzi Scheme est aussi un jeu d’ambiance dans lequel on cause beaucoup, on doute sans arrêt, on rigole aussi et quelque part c’est assez jouissif.

12 13 04

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=7859

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *