lundi 20 novembre 2017     

«

»

Mar 02 2016

Imprimer ce Article

Être ou ne pas être

20La plus célèbre réplique des pièces de Shakespeare peut aussi s’appliquer au jeu éponyme de l’éditeur Ystari. Arrivé sur les étals à l’automne dernier, il a rapidement été éclipsé par d’autres parutions. Être ou ne pas être, c’est bien la question. Et finalement pourquoi ce jeu n’a pas été? La question n’a peut-être pas de réponse. Victime d’une certaine attente éventuellement déçue, submergé par une vague de nouveautés plus accessibles ou plus conviviale? Impossible de le dire. Le constat est juste que ce jeu n’a pas connu le succès d’autres titres de l’éditeur malgré qu’il ne détonne aucunement dans la gamme.

J’ai la chance de faire quelques parties de Shakespeare. Je dois dire qu’aucune ne m’a déçu. Le jeu cadrait bien avec mes attentes de la part de cet éditeur. Il est dans la ligne des Caylus, Myrmes, Olympos et autres Ys. Le thème vit essentiellement à travers les illustrations, et aussi la tension qui peut virer au drame shakespearien. Le mécanisme est cohérent, fluide, sans réelle surprise il faut bien en convenir. La réflexion est présente à tous les niveaux. La tension est palpable en permanence ou presque. Bref, les ingrédients d’un bon jeu sont tous réunis.

Les joueurs gèrent une troupe de théâtre qui prépare la première d’une pièce de théâtre. Il va donc falloir préparer les costumes, monter les décors, recruter des acteurs. Une action par tour et un nombre d’actions limité à chaque tour sont les deux éléments centraux du mécanisme. Pour le nombre d’actions, le principe est simple. Chaque joueur a un maximum de cinq actions à disposition. Chaque tour débute par une enchère. Chacun met dans sa main un nombre de pion égal au nombre d’actions qu’il veut réaliser durant le tour, au minimum un et au maximum cinq. Les joueurs dévoilent leur choix simultanément. L’enchère détermine aussi l’ordre du tour. Le joueur qui choisit le plus petit nombre d’actions joue d’abord.

Trois actions sont possibles. Le joueur peut activer un personnage, recruter un personnage ou passer, cette dernière option n’étant que très rarement utilisée, et si elle l’est c’est uniquement par obligation. Le recrutement est limité à un seul personnage par tour, à choisir parmi les personnages disponibles, deux de plus que le nombre de joueurs. Ces personnages sont couturiers, décorateurs, acteurs, figurants qui vont permettre de monter la pièce. Chacun a une particularité. En activant un personnage, le joueur va donc utiliser son pouvoir. Ce peut être prendre des éléments de costumes, de décors ou encore progresser sur différentes échelles. A son tour, le joueur choisit donc une action et l’effectue.

Lorsque tous les joueurs ont fait leurs actions, ils obtiennent des bonus ou malus selon l’ambiance qui règne dans la troupe. Les personnages activés durant le tour, sauf un, devront se reposer au tour suivant, ils ne pourront donc pas être activés, le choix est cornélien, ou plutôt shakespearien pur rester dans le thème. Puis un nouveau tour débute. Au total, six tours sont à jouer. Au terme des tours quatre et six on procède à un décompte. A ces moments, il sera important que les acteurs aient des costumes complets. Mais jusque là, les décors, l’ambiance dans la troupe ou l’activation d’un acteur peut donner des points de victoire. Il ne faut donc pas tout miser sur les décomptes des tours quatre et six.

Compter environ 90 minutes pour la partie. Pour apprécier le jeu, il vaut mieux en faire au moins deux parties, la première peut être un peu déroutante car il est difficile de voir l’implication de tous les choix. A la deuxième partie, le jeu paraît plus fluide et aussi plus intéressant. Personnellement j’ai beaucoup apprécié ce jeu qui a bien plus à offrir que certains autres qui ont fait un tabac au salon d’Essen et qui s’avèrent bien décevants à l’usage. Shakespeare devrait rester une valeur sûre dans la durée.

11 12 23 13

Lien Permanent pour cet article : http://www.geniedelalampe.org/?p=8191

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *